Mieux vaut ne pas négliger la question de votre fourniture en électricité au moment de votre déménagement ! Personne, en effet, n’a envie de continuer à payer pour une énergie consommée après le départ définitif de l’ancien logement. Sans même parler du risque de se retrouver dans une nouvelle habitation plongée dans le noir… En cas de changement de domicile, la résiliation et le transfert des abonnements d’électricité sont régis par des principes très simples, particulièrement favorables au consommateur depuis l’ouverture à la concurrence en 2007. L’essentiel consiste à bien les connaître et, surtout, à se montrer prévoyant en engageant les démarches au moins deux semaines avant le jour J.

Résilier votre ancien abonnement

Un déménagement implique de mener de front deux procédures bien distinctes : celle de l’ouverture d’un contrat à votre nouvelle adresse, mais aussi la résiliation de votre contrat actuel. Les conditions de résiliation peuvent légèrement varier selon le fournisseur auquel vous êtes abonné (EDF, Poweo, Direct Energie…). Pour en avoir le cœur net, il est recommandé de contacter le service clientèle environ un mois avant la date de votre départ effectif.

Votre interlocuteur, en plus de vous informer sur les modalités à suivre, ne manquera pas de vous proposer un nouveau contrat pour votre future adresse et pourra vous le présenter comme un simple transfert : vous restez bien sûr libre de refuser cette offre sans encourir aucune pénalité, puisque le déménagement est un motif légitime de résiliation sans frais.

Il vous faudra notamment convenir d’une date de rendez-vous pour un relevé du compteur, qui sera réalisé par le gestionnaire du réseau de distribution (ERDF dans 95% des cas) juste avant votre départ. Choisissez un créneau sur lequel vous pouvez être présent : à défaut, le distributeur pourra vous facturer des frais de déplacement vain. A l’issue, une dernière facture de régularisation vous sera adressée à votre nouvelle adresse.

Comment et quand souscrire un nouvel abonnement ?

Ne tardez pas pour activer le compteur dans votre nouveau logement. Dans l’idéal, il convient de laisser au fournisseur de votre choix une marge confortable de deux semaines pour lui permettre de faire rétablir le courant si jamais ce dernier avait été coupé. Quelques renseignements sommaires suffiront pour lui permettre d’identifier le compteur à alimenter : vous pouvez par exemple communiquer le numéro de matricule de l’appareil si vous aviez pris soin de le noter lors d’une précédente visite du logement. A défaut, le nom des occupants précédents avec l’adresse postale précise (numéro de bâtiment, d’appartement…) peut faire l’affaire.

Attention : le fait que le courant soit activé dans le logement au moment de votre arrivée ne signifie pas forcément que le nécessaire a été fait, surtout si vous avez soumis votre demande à la dernière minute. Il peut s’agir simplement d’un oubli de coupure suite au départ du précédent occupant, et l’électricité est donc susceptible de s’interrompre à tout moment !

Auprès de quel fournisseur ?

Peut-être votre changement de domicile est-il l’occasion idéale pour remettre à plat les conditions de votre contrat d’électricité ? Rappelons en effet que depuis l’ouverture à la concurrence du marché le 1er juillet 2007, un ménage français n’est plus obligé de rester abonné aux tarifs réglementés de vente (TRV) fixés par les pouvoirs publics et commercialisés par EDF. Il peut également faire le choix d’une offre au prix du marché proposée par un fournisseur dit « alternatif » (Direct Energie, Poweo, ENI, Alterna, Engie, Lampiris…) ou par EDF lui-même.

Les offres de marché, depuis leur apparition, affichent durablement des tarifs inférieurs à ceux des TRV (-5% en moyenne). On distingue deux grandes familles parmi ces nouvelles offres : d’une part, les contrats à prix « indexés » sur les TRV vous garantissent une évolution parallèle à ces dernières (par exemple, -4% garantis sur les TRV pendant deux ans). Les offres à prix « fixes », en ce qui les concerne, partent d’une base tarifaire un peu plus élevée mais sont ensuite protégées de toute revalorisation défavorable pendant une période de temps qui peut atteindre deux à trois ans : une excellente opération dans le contexte actuel, marqué par une hausse importante et régulière des tarifs réglementés.

Votre choix n’est jamais irréversible !

Même après un emménagement récent, un particulier est libre de changer à nouveau de fournisseur d’électricité à tout moment, sans aucune justification à donner et en toute gratuité. Inutile donc d’attendre une date anniversaire de contrat ou une autre condition contraignante.

Les clients qui seraient intéressés par une offre de marché peuvent par ailleurs être rassurés : depuis la loi relative à la nouvelle organisation du marché de l’électricité (NOME) en 2010, ils bénéficient automatiquement du principe de « réversibilité », c’est-à-dire de la possibilité de revenir ultérieurement aux tarifs réglementés d’EDF.